Le cycle reproducteur de la chienne

Chez la chienne, la puberté survient entre 5 et 18 mois. Elle est en général plus précoce chez les petites races que chez les grandes races.

Les chaleurs durent 3 semaines environ, et se produisent tous les 6 mois.

Pendant la première semaine des chaleurs, la vulve est tuméfiée, et on peut observer des pertes de sang. C’est au cours de la deuxième semaine que la chienne est fertile et qu’une saillie peut être réalisée.

En cas de saillie fécondante, la gestation dure deux mois environ et aboutit à la naissance de 1 à 12-15 chiots. S’en suit une période de lactation de un mois et demi, puis une période de repos de l’appareil reproducteur pendant deux mois à deux mois et demi.

Si la chienne n’est pas gestante, elle peut faire une « grossesse nerveuse » ou pseudogestation, suivie d’une congestion des mamelles et même d’une lactation, et cela en l’absence de chiots.

Avec l’âge, la chienne non stérilisée s’expose à deux pathologies principales fréquentes:

Le pyomètre

Il s’agit d’une infection de l’utérus survenant dans les deux mois suivant les chaleurs. C’est une pathologie grave, qui, en l’absence de traitement précoce peut se compliquer de péritonite et/ou d’insuffisance rénale et aboutir à la mort. Le meilleur traitement consiste en une ovariohystérectomie d’urgence. Un traitement médical est parfois possible, mais avec des résultats plus aléatoires, et des risques de récidive.

Les tumeurs mammaires

Ce sont les tumeurs les plus fréquentes chez la chienne. Elles peuvent être bénignes ou malignes (50% de tumeurs malignes), plus ou moins agressives. Le traitement là aussi est d’abord chirurgical. Une ou plusieurs interventions lourdes peuvent être nécessaires, car toutes les mamelles sont susceptibles d’être atteintes les unes après les autres.

Les avantages de la stérilisation

L’absence de chaleurs

La chienne stérilisée ne perd plus de sang, elle ne fait plus de taches sur les tapis.

Les chiens du voisinage ne cherchent plus à rentrer dans votre jardin, ne lèvent plus la patte devant votre porte d’entrée.

Vous pouvez faire du camping, rendre visite aux amis, la sortir en promenade, aller à la chasse, sans être harcelés par les chiens mâles ni craindre une saillie accidentelle.

Pas de risque de pyomètre

Plus d’utérus ni d’ovaire, donc plus de risque de pyomètre.

Beaucoup moins de risques de tumeurs mammaires

Si la chienne est stérilisée au moment de ses premières chaleurs, voire les deuxièmes, le risque de voir se développer des tumeurs mammaires devient quasi-nul. Ensuite ce bénéfice diminue, mais stériliser continue à présenter un intérêt.

Les effets secondaires de la stérilisation

L’obésité

C’est LE risque principal.

Une chienne stérilisée voit son appétit augmenter, et ses besoins énergétiques diminuer. C’est-à-dire que pour qu’elle garde son poids après la stérilisation, il faut diminuer la valeur énergétique de sa ration alimentaire de 20 à 25%.

Le sachant, il suffit de prendre les précautions nécessaires. Cela commence tout jeune, avant la puberté, avec quelques bonnes habitudes qui seront ensuite faciles à garder:

  • contrôler les quantités de nourriture distribuées,
  • éviter les restes de tables, à-côtés divers et autres friandises, même en guise de récompenses (privilégier les compliments),
  • la peser régulièrement.

L’incontinence urinaire

C’est un effet secondaire gênant mais pour lequel il existe des traitements efficaces.

En pratique

Quand opérer ?

Dans notre clinique, nous avons fait le choix de pratiquer la stérilisation préventive de la chienne pendant les chaleurs (2ème ou 3ème semaine), ou au maximum dans les 15 jours qui suivent la fin des chaleurs.

De nombreuses publications vantent les mérites d’une stérilisation avant les premières chaleurs, mais dans ce cas le risque n’est pas négligeable de programmer involontairement l’intervention en tout début de chaleurs, au moment ou l’appareil génital est très congestionné et où les risques hémorragiques sont importants.

D’autre part, certaines jeunes chiennes impubères présentent une atrophie vulvaire et une inflammation locale associée, qui disparaît après les premières chaleurs, d’où l’intérêt d’attendre ce moment.

En opérant pendant les premières chaleurs, on évite le développement mammaire qui les suit, et on garde le bénéfice maximum de prévention des tumeurs mammaires.

L’intervention peut avoir lieu également lors des chaleurs suivantes. Il n’y a pas d’âge limite, mais le plus tôt est le mieux.

Le rendez-vous pré-opératoire et la chirurgie

Nous vous demandons de téléphoner dès le début des chaleurs, de manière à programmer le rendez-vous opératoire en fonction de vos disponibilités et des nôtres. Un premier rendez-vous permettra tout d’abord d’effectuer une consultation pré-opératoire, afin de vérifier le bon état général de la chienne.

La veille de l’intervention, la chienne sera laissée à la diète hydrique, afin d’avoir un tube digestif vide: cela permet de limiter les effets du ralentissement du transit dans les jours qui suivront la chirurgie (ballonnements, coliques…).

Vous la déposez le matin à l’ouverture de la clinique. Elle est opérée sans attendre pour minimiser son stress. Vous la reprenez parfaitement réveillée en milieu ou fin d’après-midi.

L’intervention consiste en l’ablation des ovaires et de l’utérus (ovariohystérectomie). Des détails pourront vous être donnés si vous le souhaitez.

Les suites opératoires sont généralement simples. Des précautions de base sont à prendre, tout vous est expliqué au moment de la sortie. Les fils sont retirés au bout de 2 semaines.

Crédit photo: Paul Martin Eldridge – FreeDigitalPhotos